LAVAL 1 800-361-0338

Lévis 1 866-835-5335

Actualités

Enregistreurs de données routières (EDR)

2016-02-19
Saviez-vous que la majorité des véhicules récents sont équipés d’enregistreurs de données routières (EDR), mieux connus sous l’appellation familière de « boîtes noires »?

En effet, les EDR ont fait leur apparition dans les véhicules de marque General Motors en 1994 et ils sont aujourd’hui présents dans environ 85 % de tous les véhicules sur nos routes. Leur rôle principal est d’enregistrer certaines informations provenant du véhicule lors d’une collision ou d’un accident de la route.

Le fonctionnement d’un EDR est plutôt simple : il s’agit d’un module électronique qui enregistre en boucle plusieurs paramètres du véhicule, et ce sur une période variant typiquement de 5 à 30 secondes. Cet enregistrement s’interrompt à la suite d’un impact, même mineur, et les données sont conservées en mémoire. Elles peuvent alors être récupérées par un expert disposant des outils et des connaissances requises et validées à l’aide d’un examen du véhicule et de la scène, au besoin.

Les données disponibles varient en fonction de l’âge et des modèles de véhicules. De façon générale, l’enregistrement inclut des paramètres relatifs à :


La dynamique du véhicule avant l’impact (vitesse, accélération, freinage, régime du moteur, etc.);
La configuration du véhicule lors de l’impact (quels coussins gonflables ont été déployés, ceintures bouclées ou non, présence de codes de défaillance, etc.);
La gravité de la collision (nombre d’impacts, orientation, intensité du/des choc(s), etc.).

La lecture d’un EDR représente un outil de plus à la disposition d’un expert en reconstitution d’accident; il s’agit d’une méthode rapide qui fournit des données objectives et fiables.

Cette technologie est donc particulièrement efficace pour faire la lumière sur les circonstances ayant mené à une collision et, par le fait même, s’avère un outil redoutable pour identifier les réclamations louches ou frauduleuses.