LAVAL 1 800 361-0338

Lévis 1 866 835-5335

News

Est-ce qu'un EDR dans un véhicule est une boîte noire, comme dans un avion?

2020-06-26
Est-ce qu'un EDR dans un véhicule est une boîte noire, comme dans un avion?

Sorry, this text is only available in French for the moment.

Tout le monde a déjà entendu parler des boîtes noires d’un avion (qui sont en réalité de couleur orange).  Par contre, peu de gens ont entendu parler d’un « EDR », soit un Enregistreur de Données de Routes[1] (« Event Data Recorder »).  Pourtant, cette composante est présente depuis plusieurs années dans presque tous les véhicules vendus en Amérique du Nord.  Mais est-ce qu’un « EDR » de véhicule collecte les mêmes données qu’une boîte noire d’avion? La réponse n’est pas si simple…

Lorsqu’un incident ou un écrasement aérien survient, les enquêteurs veulent absolument récupérer la (CVDR[2]) ou les deux boîtes noires (FDR[3] etCVR[4]), car celles-ci contiennent des informations primordiales sur les derniers moments précédant l’événement faisant l'objet de l’enquête.  Elles enregistrent, en continu, une énorme quantité de données objectives sur une multitude de paramètres de vol et de composants de l’avion (jusqu’à 1000 paramètres pendant 17 à 25 heures) et contiennent un enregistrement sonore (conversations, bruits, alarmes, etc.) de l’intérieur du cockpit (30 à 120 minutes).

L’enregistrement des données et des sons s’effectue en permanence lorsque l’avion est en service.  Donc, à tout moment, une personne dûment autorisée pourrait accéder aux données et enregistrements des dernières minutes ou heures de fonctionnement de l’avion.  Ceci s’avère être l’une des grandes différences entre une boîte noire d’avion et un « EDR » de véhicule.  

Premièrement, l’« EDR » d’un véhicule n’enregistre pas les sons provenant de l’habitacle du véhicule et deuxièmement, il collecte seulement jusqu’à cinq (5) secondes de données objectives précédant un événement bien particulier, soit une collision ayant une ampleur minimale.

De toute évidence, l’« EDR » d’un véhicule n’est pas une boîte noire d’avion!  Par contre, il s’avère quand même être un témoin objectif des dernières secondes précédant une collision.  Bien que cinq secondes puissent paraître peu, en reconstitution de collision, c’est une éternité!

Il faut savoir que l’« EDR » est en fait une fonction bien spécifique du système de sécurité du véhicule servant à déclencher les coussins gonflables, si nécessaire, lors d’une collision (module de contrôle des coussins gonflables).  En effet, lorsque ce module décide qu’il faut enregistrer des paramètres concernant la ou les collisions qui viennent de se produire, la fonction « EDR » de ce module peut enregistrer, selon sa conception, un ou plusieurs événements et, pour chaque événement, des données comme :

  • la vitesse;
  • le régime moteur;
  • l’activation des freins, du système ABS, du système de stabilité;
  • l’angle du volant;
  • le type de collision (frontale, arrière, latérale, tonneau);
  • l’ampleur de la collision;
  • le port de la ceinture de sécurité;
  • l’odomètre, etc.

Plusieurs outils existent pour récupérer les données enregistrées dans l’« EDR » d’un véhicule et l’outil à utiliser est en fonction de la marque du véhicule expertisé.  Les premiers véhicules équipés d’un « EDR » étaient des véhicules fabriqués par General Motors pour certains modèles de l’année 1994.


Finalement, l’extraction et l’analyse des données d’un « EDR » ne se comparent pas à la lecture d’un roman.  En effet, pour une conclusion précise, il ne s’agit pas de s’improviser spécialiste en la matière.  Une bonne analyse des données recueillies doit être faite par des personnes ayant été formées et possédant de très bonnes connaissances en reconstitution de collision.


par Erick Abraham, CFEI - Département génie mécanique



[2]     Cockpit Voice and Data Recorder (CVDR)

[3]     Flight DataRecorder (FDR)

[4]     Cockpit Voice Recorder (CVR)